AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Tokyo high School recrute > ici <   |   Nous avons besoin de garçon rapidement  |   Attention attention, les heures de colles vont être distribuer à ce qui le méritent .

Partagez | 
 

 Deux flèches. [Private]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaenne M. Dean

» Perfect & Unbearable
» Perfect & Unbearable
avatar

♣ Messages : 114
♦ Age : 24
♣ Date d'inscription : 03/06/2010
♣ Localisation : Sens tu le revolver aux creux de tes reins ? Entends tu le grincement de la détente ?
♣ Humeur : Détestable.

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Deux flèches. [Private]   Dim 13 Juin - 17:09

    Private with Sosomaru Kamisaru.

    Kaenne entra dans cette immense salle. Les murs n'étaient, en réalité que de grandes baies vitrées. Certainement pour donner plus de profondeur. Le sol était constitué de lates de bois embriquées les une dans les autres. Il y avait deux portes, sans compter celle par laquelle on entrait. Elles menaient toutes deux et respectivement aux vestiaires des dames, et à celui des hommes. La demoiselle ne se gena pas pour aller visiter ce dernier avant d'installer sa cible. La main appuyée sur le cadre de la porte, elle scruta les lieux. Il était fort semblables a celui des dames. Des canapés encadrant la salle, aux moelleux bleus rois, et des néons qui éclairaient de façon assez froide la salle. Elle était spacieuse et le sol était accompagné de quelques tapis ça et là. Une fois la salle totalement découverte, en y comprenant les douches, Kaenne en sortit et entra dans le local, situé au fond de cette immensité. Elle attrapa le sac de fleche et son arc, pendue avec son nom en dessous. Elle s'arreta un instant, lisant un a un chaque nom des membres du club. L'un d'entre eux lui rapellait quelqu'un, une rencontre. Elle fronça les sourcils et tourna le dos a ce mur, avant de saisir la cible et de la transporter jusqu'au milieu de la salle, son carquois dans le dos. Une fois cela fait, elle s'éloigna, attrapant son arc précédement positionné dans son dos, elle se munit également d'une flèche et se positionna de sorte qu'elle puisse atteindre au mieux le centre de la cible. Elle plissa un oeil, son gauche, pour le fermer totalement. Elle décocha sa première flèche, le bruit de la corde tendue et celui de la paille qui se tord. Le son de la flèche partie a toute allure siffla encore dans son oreille quelques secondes. Elle adorait cette 'musique'.

    Kaenne abaissa le bras, admirant sa cible, avec, comme elle le savait, en son centre, la flèche. Elle avait toujours pratiqué le tire à l'arc. Tout comme l'équitation et l'escrime. Des sports de 'riches'. Elle passa sa main sur son cou, pour finalement la caller derrière sa nuque, se cambrant et balançant ses boucles brunes dans son dos. Elle lacha un soupire. Le silence. Cela fesait des heures qu'elle le cherchait. Elle se contentait de peu, finalement, derrière ses allures de grande fille de la noblesse. Elle fixa un instant l'extérieur qui s'offrait à elle. Les arbres étaient parfaitement allignés, les dalles parfaitement organisées. Il n'y avait rien a re dire sur le plan architectural de l'école. Enfin, elle trouverait bien une faille, un problème.
    Kaenne était littéralement seule dans la salle. Il restait ça et là des cibles non rangées, striées par de nombreuses flèches, et tout autant par terre, voir plus. Si elle avait eu ces personnes en face, elle les aurait qualifiées d'incompétantes. Elle roula des yeux, avant de précipitament se saisir d'une seconde fleche, qu'elle décocha dans ce même élan de nervosité. Celle ci alla s'encastrer dans une autre cible, celle ci étant a peine en équilibre, elle facilia et tomba dans un fracas brutal. Ce bruit lui arracha une grimace. L'Anglaise attrapa son sac posé derrière elle, y vérifia ses messages sur son portable -un Nokia E17- et le reposa pour refermer sa saccoche. Que faire d'autres a par décocher des dizaines de flèches ? Elle eut tout juste le temps de touche la prochaine qu'elle s'arreta nette, fixant la porte d'entrée. Elle n'était désormais plus seule. Qui osait venir casser son silence paradisiaque ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosomaru Kamisaru

Cruel joker and perfect sinner
Cruel joker and perfect sinner
avatar

♣ Messages : 35
♦ Age : 27
♣ Date d'inscription : 06/06/2010
♣ Localisation : j'ai trouvé une pelle aiguisé, ça poura fendre des cailloux... ou des cranes...
♣ Humeur : dans la vie y a deux type de personnes: ceux qui sont dans la tombe et ceux qui creusent la tombe, personnellement je creuse et toi?

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Dim 13 Juin - 18:59

Sa petite conversation avec les autres googais s’était terminée de façon très divertissante et, les deux jeunes filles qu’il avait rencontrées étaient toutes les deux amusantes d’une façon ou d’une autre. Il reçu un appel d’un des hommes qui travaillait pour lui, lui informant que certaines actions avaient chutées. Un sourire se dessina sur son visage. Décidemment, comme s’il ne l’avait pas prévu. Mais après avoir joué comme il l’avait fait, il était temps de se maintenir en forme. Cela devait bien faire un mois qu’il n’avait plus tirer à l’arc et cela ne lui ferait pas de mal. Après tout n’était-il pas le gérant du club à présent ? Il partit donc en direction de la salle de tir à l’arc, ou ses affaires avaient déjà été déposées. Une séance de rangement allait s’imposer pour redresser le club, et il avait l’intention d’y faire régner l’ordre.

Lorsqu’il arriva, une bonne surprise l’attendait, une jeune fille était en train de tirer à l’arc. Encor plus plaisant la jeune fille en question n’était autre que Kaenne. Il admira les cheveux sombres de la jeune fille ainsi que ses courbes harmonieuse et sa musculature tandis qu’elle ne l’avait pas remarqué et tirait encore. Il toussota alors pour annoncer sa présence et eu le droit à un regard noir dont il ne se formalisa pas avant d’aller dans le vestiaire pour les hommes. Il se vêtit alors de la tenue traditionnelle de kyudo avant de ressortir du vestiaire. Il jeta un coup d’œil appréciateur à la façon de tirer de Kaenne

« Pas trop mal »

Après avoir lâché ce commentaire il se dirigea vers l’endroit ou étaient rangés les arcs et pris le sien ainsi qu’un protège poignet comme l’exigeai le code traditionnel du tir à l’arc. L’arc qu’il avait pris était bien le sien, assemblement composite de bambou et de cerisier, l’objet traditionnel mesurait un bon mètre quatre vingt et avait une façon particulière de tirer. Il le prit et se positionna le plus au fond de la salle, il prit une flèche et ferma les yeux quelques instant avant de l’encocher. Il fixa le centre de la cible, à présent plus rien n’existait, puis se concentra. La cible sembla se rapprocher, lui facilitant la visée. C’était un phénomène habituel lorsque comme lui on tirait à l’arc plus de douze heures par semaines depuis l’âge de huit ans. Il décocha la flèche qui en une fraction de seconde se ficha dans la cible. Il réitéra l’opération, fichant une autre flèche dans la flèche déjà plantée. Il continua l’expérience encore cinq fois puis satisfait s’arrêta pour ensuite observer la jeune fille qui tirait.

Elle se débrouillait bien et avait de l’expérience, mais Soso nota quelques défauts. Ses hanches n’étaient pas parfaitement alignées et elle tirait trop avec le coude et pas assez avec l’épaule. Dans cette salle, il n’y avait plus de question googai ou pas, il était le gérant, il était le professeur et donc le « maitre ». Il déposa son arc et s’approcha d’elle calmement avant de dire d’un ton sans ironie ni humour.

« Maintien tes hanche plus droites. Et tu dois tirer la flèche avec ton épaule, pas avec ton coude. »

C’était peut-être le seul endroit ou il était possible de le voir aussi calme et sérieux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaenne M. Dean

» Perfect & Unbearable
» Perfect & Unbearable
avatar

♣ Messages : 114
♦ Age : 24
♣ Date d'inscription : 03/06/2010
♣ Localisation : Sens tu le revolver aux creux de tes reins ? Entends tu le grincement de la détente ?
♣ Humeur : Détestable.

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Dim 13 Juin - 20:37


    Lui. Encore lui. Lorsque le jeune homme racla sa gorge, certainement pour affirmer sa présence, elle brandit son arc dans sa direction, comme si elle allait décocher une flèche. Elle le fixa encore quelques secondes avant d'abaisser le bras, le suivant du regard lorsqu'il entra dans les vestiaires, quand il en ressortit. Elle tourna finalement la tête, se concentrant de nouveau sur cette cible qui semblait impunément la narguer. Elle ferma son œil gauche de nouveau, décochant sa flèche, savourant le sifflement produit par la vitesse de celle ci, par cette fabuleuse déchirure de l'air. Elle tira ainsi encore deux puis trois flèches, et entendit la voix du jeune homme raisonner. La première fois pour lui dire que c'était 'Pas trop mal', ce qui, si on le traduit et le prend au premier sens du terme, est plutôt péjoratif. Mais Kaenne supposait que ce n'était pas de cette oreille qui l'entendait. Après tout, qu'il la rabaisse ou qu'il essaye de la conforter dans l'idée qu'elle avait acquit un minimum d'expérience, elle s'en moquait bien.


    Le jeune homme alla saisir a son tour son arc et ses protections. Il se permit une seconde remarque, concernant cette fois ci sa position, comprenant le trop de souplesse de ses hanches, qu'elle devait donc tenir plus droites, plus appuyées, plus fermes. Et sa façon de tirer, qui d'après lui était trop basée sur les coudes, alors que le tir nécessité d'avantage l'aide de l'épaule. Elle haussa un sourcil. Kaenne avait souvent du mal a accepter les remarques, aussi bien encourageantes que dénigrantes. Mais elle ferait une exception, pour cette fois. Mieux valait éviter de se faire des ennemis, pour le moment. Tout était une question de calcule et de timing, elle devait tout étudier, tout planifier, dans les moindre détails. Elle ne devait, en aucun cas laisser un détail de coté. Elle n'accepterait de sa part aucun laissé allée, et c'était fermement décidée a ne point s'égarer. Elle étudia donc la façon qu'avait le jeune homme de tirer. Elle attrapa dans son dos une sixième flèche, qu’elle fit partir a son tour, se sermonnant intérieurement de faire plus attention, d’être plus juste. Elle soupira et attrapa un élastique noir qu’elle avait toujours sur elle, dans sa poche avant droite. Elle le sortie donc pour attacher ses cheveux, domptant tant bien que mal ses nombreuses boucles.

    L’effort se faisant plus intense, son attention et sa précision diminuaient grandement. C’était toujours ses deux critères qui étaient en premier dégradé, a chaque fois. Elle se concentra donc, concentrant toute son attention sur le centre de la cible. Elle finit, après quelques secondes, par lâcher la corde, la détendant. La flèche en question alla s’encastrer dans le mur d’en face, retombant mollement et dans un bruit désagréable sur le sol. Elle ne regarda pas Sosomaru, quasiment certaine qu’il se permettrait une troisième remarque. Aujourd’hui, elle avait rencontrée trois facette du jeune homme. Elle avait d’abord connue le plaisir du déguisement, s’étant fait passer pour un banal étudient, puis elle avait fait face a un être arrogant, orgueilleux et provocateur. Désormais, elle avait devant elle une personne des plus calmes et consciencieuse, prenant a chaque nouveau tir, a chaque nouvelle flèche une assurance plus ferme. Une assurance croissante, grandissante. As-tu encore beaucoup de caractères différents ? Pensa-t-elle. Kaenne alla s’assoir, posant a coté d’elle son arc et son carquois. Elle appuya ses coudes sur ses genoux, analysant chacune de ses attitudes. Un groupe de personne passa, derrière la baie vitrée, jetant chacun a leur tour un regard intrigué en direction des deux jeunes gens. Kaenne les dévisagea un a un. Qui étaient-ils ? Elle laissa son regard planer, les pupilles dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosomaru Kamisaru

Cruel joker and perfect sinner
Cruel joker and perfect sinner
avatar

♣ Messages : 35
♦ Age : 27
♣ Date d'inscription : 06/06/2010
♣ Localisation : j'ai trouvé une pelle aiguisé, ça poura fendre des cailloux... ou des cranes...
♣ Humeur : dans la vie y a deux type de personnes: ceux qui sont dans la tombe et ceux qui creusent la tombe, personnellement je creuse et toi?

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Dim 13 Juin - 23:03

Il observa la jeune fille s’attacher les cheveux après avoir lâchée un soupir avant de tenter d’appliquer ce qu’il lui avait indiqué. Évidemment, quand on était habitué à tirer avec le type d’arc qu’elle utilisait, des arcs moderne fait pour faciliter les performances et diminuer l’effort. Il pouvait sentir la tension et la difficulté qu’elle éprouvait pour effectuer un tir correct. L’effort qu’elle faisait pour tendre son arc en grâce à l’épaule. Évidemment au début la précision diminuait forcement et il était plus dur de se concentrer sur la flèche et la cible. Le résultat fut pour Sosomaru sans grande surprise. Elle rata la cible de façon… magistrale. Il était dur au début de se défaire de telles mauvaises habitudes qui, à première vue ne posaient pas de problème pour tirer correctement. Sauf qu’avec ce genre de position et de pratique on ne pouvait pas véritablement tirer efficacement. On pouvait toucher la cible mais pas la percer. C’était ce que son maitre lui avait appris et expliqué. Mais il devait reconnaître que la googai avait fait l’effort de se départir de sa prétention et avait écoutée ses conseils. Elle avait au moins compris qu’ils n’étaient pas là en tant que googai mais en tant « qu’archers ». Il expliqua alors le problème en quelques mots.

« Le problème c’est que tu n’es pas habituée à utiliser un arc traditionnel, tu n’es donc pas habituée à effectuer ce type d’effort pour l’arc. Si tu bande l’arc avec l’épaule, le coude sert à diriger l’arme. Quand à la force, elle vient du sol et des hanches, il faut bien se placer. Au début c’est toujours difficile à corriger. »

Il lui fit alors signe de le regarder faire. Il reprit donc son arc et ses flèches. Il se campa dans le sol et se positionna prêt. Il encocha la flèche et pris une grande inspiration. Il ne « regardait » pas par ses yeux mais par la pointe de sa flèche. Toute son attention était focalisée sur une seule idée : percer la cible en son centre. Il lâcha la flèche qui fila droit dans la cible qui vacilla sous la puissance de l’impact cette fois. Il répéta l’action plusieurs fois, visant de plus en plus facilement tandis que l’arc semblait se tendre de lui-même. On pouvait voir ses muscles se contracter sous le tissu de sa tenue tandis qu’il tirait. A chaque fois qu’il relâchait la flèche, il expirait. Plus rien n’existait sauf lui, l’arc et la cible. IL aperçu alors un petit groupe de personne passer devant la baie vitrée. Il allait faire une démonstration de ce qu’il pouvait véritablement faire. IL banda l’arc, lâcha la flèche qui fila immédiatement et traversa la cible avant de se ficher dans la vitre et de tomber. Le groupe de jeunes gens ne s’étant pas attendus à ça, ils sursautèrent en voyant la marque laissée dans le plexi glace ultra résistant. Il sourit avant de se retourner vers Kaenne qui semblait alors perdu dans ses pensées. Il se dirigea alors vers elle et lui prit le bras.

« Maintenant je vais t’aider à tirer pour que tu puisse mieux assimiler. Et profites en car en dehors du club je n’aurais pas cette attitude. »

Il n’attendit pas sa réponse et l’entrainant à l’endroit ou il avait déposé son arc il lui mit dans les mains. Il la plaça alors lui-même de sort qu’elle soit comme il faut puis la pris par les mains. Il lui fit effectuer tous les mouvements en la « maniant ». Il pouvait sentir son corps se tendre, le parfum de ses cheveux, la tension qu’elle éprouvait. Ils étaient littéralement collés l’un à l’autre pour tirer une seule et même flèche.

« A présent, prend une inspiration et lorsque tu va tirer, relâche ton souffle. Ne te préoccupe pas de viser ou autre chose, essaie de « ressentir » la flèche. »

Il se fichait pas mal de ce qu’elle soit d’accord ou non. IL lui enseignait à tirer à l’arc et c’était tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaenne M. Dean

» Perfect & Unbearable
» Perfect & Unbearable
avatar

♣ Messages : 114
♦ Age : 24
♣ Date d'inscription : 03/06/2010
♣ Localisation : Sens tu le revolver aux creux de tes reins ? Entends tu le grincement de la détente ?
♣ Humeur : Détestable.

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Lun 14 Juin - 11:25

    Elle l’entendit parler, au fond de sa tête, cette voix raisonner, sans réellement l’entendre. Il lui expliquait la raison pour laquelle sa flèche s’était fichée dans le mur, et pas dans le centre, ni même dans la cible. Ca avait été pour elle une véritable … Giffle. Elle aurait certainement mieux fait de ne rien écouter et de continuer a tirer comme elle en avait l’habitude, pour finalement encastrer a coup sur sa flèche au centre. Elle releva la tête, les yeux quelque peu embués par cet abandon passager. Il lui demanda ensuite de le regarder, d’étudier sa manière de faire. Ravale ta fierté ma vieille, patiente, patiente … Elle fixa alors encore un moment le groupe de personne, totalement effrayé de voir arriver sur eux la flèche, qui se cogna violament contre la vitre, laissant échapper de manière differentes un cri de stupeur a chacun des individus. Kaenne aurait put presque définir la totalité de leur caractère par ce simple cri. Une réaction incontrolée pouvait en dire long, très long.

    Elle sentit la main chaude du jeune homme sur son avant bras, puis la pression de ses doigts, et une force la soulever de son banc sur lequel elle était assise depuis dix bonnes minutes, maintenant. Elle releva alors, surprise, la tête vers lui, qui continuait de parler. Bavard. Maintenant je vais t’aider à tirer pour que tu puisses mieux assimiler. Et profites en, car en dehors du club je n’aurais pas cette attitude.
    Ah, ça elle s’en doutait un peu. C’était peut être, justement, le bon moment d’en profiter, non ? Profiter de ce jeune homme patient et calme, même prés a l’aider. Un maigre sourire étira alors ces lèvres pendant qu’elle se relevait. Elle était désormès droite, contrainte et forcée de porter son arc. Elle avait, a ce moment précis d’être un simple pantin, une poupée a laquelle on fait faire ce que l’on veut. Bouger les bras, retracter les doigts, … Elle se sentait totalement controlée par ce Googaï. Ca s’arreterait là, pas ailleurs et pas autrement que dans cette Salle de Gymnase, et avec comme objectif d’améliorer ses tirs. Jamais. Elle racla sa gorge, et redressa sa tête, laissant faire Sosomaru comme il l’entendait. Qu’il ne prenne pas de mauvaises habitudes, lui aussi, elle ne se laisserait pas aussi facilement faire en dehors de ce pseudo-cours de Tir à l’Arc.

    Elle fixa donc intensément la cible, comme elle avait pour habitude de le faire, étant fermement décidée a ne pas abandonner ses habitudes. Elle pouvait sentir le torse du jeune homme remonter et descendre au rythme de sa respiration. Respiration qui était quelque peu saccadée, quand on se concentrait bien sur les mouvements effectués. Le groupe de personne était parti. Dommage. C’était une distraction de moins. Ce n’était pas pour dire, mais, actuellement, elle s’ennuyait a mourir. Elle retient un soupir, essayant tant bien que mal de se concentrer, pour que ce maniement cesse au plus vite, et que chacun regagne sa place, respectivement face a sa cible, leur arc en main, les muscles tendues, ne se souciant nullement l’un de l’autre. C’est donc pour cet ignorance future que Kaenne fit un effort, bien consciente de ses motivations. Elle planta donc fermement ses pieds dans le sol, et laissa faire le bras du jeune homme qui s’occupait des siens. Non, elle n’était pas assistée, elle n’avait juste pas envie de faire d’efforts alors qu’on en fesait pour elle. Logique, non ? Elle entre ouvrit la bouche, s’appretant a dire quelque chose, avant de s’abstenir. C’était inutile. Et les paroles inutiles n’étaient pas coutumes chez elle.

    Quelques minutes passèrent, pendant que Sosomaru lui apprenait, ou plutôt, corrigeait ses mauvaises habitudes, comme il les qualifiés. Kaenne prit donc note des derniers conseils, et s’appliqua, essayant d’être la flèche’. Elle plissa donc, malgrè tout un œil, et déplaça vers l’arrière épaule, ayant coincé ses doigts sur la corde, et la tendant, la flèche bloquée. Finalement, elle lacha toute la pression qu’elle avait concentrée sur l’ensemble, l’arc, son bras et la flèche. Cette dernière alla se planter dans la cible. Pas en son centre, mais a une des extrémités. Au moins, elle était dedans, et pas dans le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosomaru Kamisaru

Cruel joker and perfect sinner
Cruel joker and perfect sinner
avatar

♣ Messages : 35
♦ Age : 27
♣ Date d'inscription : 06/06/2010
♣ Localisation : j'ai trouvé une pelle aiguisé, ça poura fendre des cailloux... ou des cranes...
♣ Humeur : dans la vie y a deux type de personnes: ceux qui sont dans la tombe et ceux qui creusent la tombe, personnellement je creuse et toi?

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Lun 14 Juin - 21:17

Tout ce que l’on pouvait dire de sa camarade,c’était que celle-ci n’était pas particulièrement bavarde. Non, en réalité pas bavarde du tout était un terme qui convenait bien mieux. Celle-ci n’avait pas pipée un mot depuis qu’ils étaient tous les deux dans la salle. IL avait eu le droit à un monologue, un monologue venant de lui-même. C’était comme si on s’adressait à un mur. Comme lors de leur précédente rencontre. Est-ce qu’acquiescer lorsqu’on lui expliquait quelque chose était trop demander ? Et surtout lorsqu’on lui expliquait comment atteindre l’excellence ? Elle avait l’occasion de pouvoir s’améliorer mais elle ne posait pas de question. L’excellence pour Soso était une exigence, il était hors de question de ne pas maîtriser avec un certain talent ce qu’il faisait. Et pour ça il était prêt à tout, peu lui importait. Il était même prêt à reconnaître ses erreurs lorsqu’on pouvait lui enseigner quelque chose. Et peut de personnes pouvaient véritablement lui enseigner de nouvelles chose.
Au début il s’étai estimé heureux car même si Kaenne s’était abstenue de tout commentaire, elle avait coopérée. A la fois agir autrement dans cette salle eu été une mauvaise idée car il avait fait de cet endroit son territoire et il n’aurait souffert aucune contestation ou opposition. Mais si elle obéissait bien sagement à ce qu’il lui disait elle ne faisait aucun effort. Elle se laissait manier comme une simple poupée de chiffon avec la quelle une petite aurais jouée. Sauf qu’elle n’était pas une poupée de chiffon mais une poupée de chaire et qu’il n’était pas une petite fille mais un jeune homme. Toujours était-il que malgré cela, le résultat avait été concluant et la flèche avait finit dans la cible. Si elle avait fait elle-même des efforts le résultat aurait pu être bien mieux songea Soso. Il était temps pour lui de la remettre à sa place et de la faire descendre de son pied d’Estal.

« Comparé à précédemment tu vois la différence ? Malheureusement, si tu ne t’étais pas contenté de me laisser tout manœuvrer et que tu avais fait quelques efforts tu aurais pu faire mieux. Si tu ne t’étais pas comportée comme une poupée… »

Il passa alors une main baladeuse sous le haut de la jeune fille par pure provocation, puis la retira quelques secondes après avant de reprendre son arc. Si elle se comportait comme une poupée, elle subirait le sort d’un jouet, ce n’était on ne peux plus simple. Et il n’y avait pas d’histoire de googa qui vaille, les faibles se faisaient écraser c’était la règle. Il éclata de rire puis fit demi tour vers le vestiaires avant d’ajouter.

« Si tu te comporte comme une poupée, tu n’es qu’un jouet. Et si tu es un jouet alors il ne me reste plus qu’a m’amuser avec ce que je peux. Et tu n’as donc aucune valeur et aucun intérêt, il ne reste donc plus qu’à t’écraser. Hénédine elle, a déjà plus de mordant… »

Toujours en train de rire il laissa la jeune fille dans la salle après avoir déposé son arc et rentra dans les vestiaires. Le kyudo était une voie que l’on pouvait suivre pour atteindre la perception. Mais on ne pouvait atteindre la perfection qu’en le désirant véritablement. C’était une voie que l’on parcourait sans assistance ou le travail était exigeant. Il avait certes atteint la perfection dans cette voie comme dans d’autres mais il lui avait fallut de la patience et de la détermination. Le talent n’était pas la seule chose qui lui avait permis de devenir celui qu’il était. Il ne savait pas ce qui l’énervait le plus. Que la jeune fille se conduise comme une poupée alors qu’elle était un membre de googais ou bien qu’elle semblait manquer de détermination ? Il relégua la question dans un coin de sa tête, maintenant il fallait se doucher pour détendre les muscles entrés en action. IL se dévêtit, accrochant sa tenue à un ceintre avant d’aller dans la douche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaenne M. Dean

» Perfect & Unbearable
» Perfect & Unbearable
avatar

♣ Messages : 114
♦ Age : 24
♣ Date d'inscription : 03/06/2010
♣ Localisation : Sens tu le revolver aux creux de tes reins ? Entends tu le grincement de la détente ?
♣ Humeur : Détestable.

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Lun 14 Juin - 21:47

    Le Tir a l’Arc semblait englober pour lui tout les capacités d’un être humain. Elle n’avait pas besoin de parler, elle n’avait rien de constructif a dire, après tout. Que pouvait elle bien répondre, hein ? Oui, je sens intensément la différence, je te remercie grandement pour ces quelques leçons de morales et de physiques ? Comparé à précédemment tu vois la différence ? Malheureusement, si tu ne t’étais pas contenté de me laisser tout manœuvrer et que tu avais fait quelques efforts tu aurais pu faire mieux. Si tu ne t’étais pas comportée comme une poupée…
    Kaenne releva la tête, abaissant le bras avec lequel elle portait précédemment l’arc et fixa sans scrupule le jeune homme.

    Il n’aurait servit a rien de n’en faire qu’a ma tête, je sais me retenir quand cela est necessaire. Ne te fais pas d’illusion, les personnes les plus silencieuses sont souvent les plus dangereuses …

    Elle lui sourit, ironie ou provocation, a lui de l’interpréter comme il le sentait. Il réussissait malgrè tout a la faire parler. C’était un bon point, mais Kaenne répondait rapidement au moindre ton de provocation qu’on pouvait lui adresser. D’ailleurs, les manifestations provocatrices du jeune homme continuèrent, puisqu’il déplaça un main sur son haut. Elle n’eut pas le temps de la lui retirer avec une violence exagérée qu’il lui reprit déjà l’arc, qu’elle ne retient pas, et qu’elle lui laissa donc, reprendre avec facilité. Il la compara ensuite a un jouet. Comment pouvait-il se permettre d’évoquer des conclusions aussi attives alors qu’elle n’avait simplement pas envie de faire d’efforts pour se faire remarquer ? Pour une fois. Il aurait dut s’en réjouir plutôt que de s’en plaindre. Elle entendit aussi la comparaison avec Hénédine. Elle ne supportait pas ce genre de comportement. Gonflant la poitrine elle le suivit dans les vestiaires, s’appuyant sur le cadre de la porte. Elle avait considéré l’Italienne comme une rivale dès le premier regard. Non seulement parce qu’elle était du même sexe mais bien plus car elle serait bien plus difficile a berner que les autres. Kaenne le regarda donc, prendre ses affaires et se diriger vers la douche. Elle le hala donc, criant presque pour qu’elle soit sure qu’il l’ai entendue.

    Je te déconseille vivement de me qualifier de ‘jouet’. Surtout si c’est pour ton usage personnel.

    Elle rigolait a son tour, toujours se même sourire moqueur encré sur le visage. Il voulait s’amuser ? Mais amusons nous. C’est donc dans ce même élan de provocation qu’elle se plaça face aux douches, Sosomaru au beau milieu de son champ de vision.

    Et maintenant que tu a joué au professeur bien consciencieux, que compte tu faire ?

    Elle sourit de plus belle, appuyant son épaule contre le mur, les bras croisée, décidé a ne pas partir sans l’avoir mis au moins en colère, ou sans l’avoir vexé. Kaenne ne supportait pas qu’on se moque d’elle. Sosomaru en payerait les conséquences, en proportion avec son attitude. Elle ne conclut pas mentalement sa reaction, prete a encaisser et rétorquer n'importe quel ton qu'il ai pu choisir pour lui répondre, elle avait même prévue l'ignorance. Elle attendait cette dernière avec plus d'insistance, sure que s'il adopté ce genre d'escapade', c'est qu'on fond de lui, il n'était qu'un fort baratineur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosomaru Kamisaru

Cruel joker and perfect sinner
Cruel joker and perfect sinner
avatar

♣ Messages : 35
♦ Age : 27
♣ Date d'inscription : 06/06/2010
♣ Localisation : j'ai trouvé une pelle aiguisé, ça poura fendre des cailloux... ou des cranes...
♣ Humeur : dans la vie y a deux type de personnes: ceux qui sont dans la tombe et ceux qui creusent la tombe, personnellement je creuse et toi?

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Mar 15 Juin - 12:03

Un large sourire s’afficha sur le visage de Soso, elle avait réagis à sa provocation. Comme quoi, le silence n’était qu’un masque qu’elle revêtait tout comme lui revêtait le masque du mensonge. La vie était un échiquier, aucun mouvement, qu’il effectuait n’était due au hasard. Le tir à l’arc lui avait donné une première idée de la jeune fille, intelligente certes mais habituée à ce que l’on agisse pour elle. Une première faille de découverte dans sa camarade. Après tout, son père ne lui avait-il pas appris à découvrir toutes les fissures dans la personnalité de quelqu’un pour pouvoir la manipuler, voir la détruire, avec plus de facilité ?
Les personnes qui parlaient le moins étaient souvent les plus dangereuses ? La jeune fille venait de mettre le pied dans quelque chose de très dangereux, il parlait beaucoup. IL parlait beaucoup pour au final ne rien dire. Les mots étaient une arme, et le moins bon des tireurs pouvait tirer un millier de flèches pour enfin faire mouche là ou le bon tireur n’avait besoin que d’un flèche pour percer sa cible. Sosomaruétait l’alliance des deux, un millier de coups avec un seul qui faisait mouche, les autres servant à cerner la proie. Des mots vides de sens ne comptaient pas, une seul réplique bien placée pouvait permettre de blesser. Il le savait.

« Le silence et d’or et la parole est de plomb. Mais le plomb est un poison pour l’homme si celui-ci le laisse agir. Je laisse donc mon poison se répandre pour enfin blesser. »

Aux vues de l’attitude de la jeune fille qui s’était donnée la peine d’aller jusqu’à l’entrée du vestiaire des hommes, il avait fait mouche. La jeune filles s’était appuyée nonchalamment dans l’embrasure de la porte. Était-ce de la comparer à une poupée ou bien de marquer la différence entre elle et Hénédine qui avait fait mouche ? Toujours était-il que la jeune fille, en plus de délier sa langue s’était déplacer jusqu’à lui. Le mépris n’était-il pas pourtant la pire des choses à infliger à quelqu’un ? La situation était devenue bien plus intéressante, la jeune fille n’avait pas été capable de résister à la provocation et était venue jusqu’à lui.
Décidément, une jolie poupée très agressive que voilà. Le genre de créature qu’il fallait conserver avec attention, pour e pas l’abîmer. Il en était presque désolé pour elle, mais sa comparaison à un jouet était parfaite. Elle se donnait même la peine de venir jusqu’à lui. Et bien soit, pourquoi ne pas continuer à jouer avec ? Il s’approcha d’elle lorsqu’elle se mis entre lui et le vestiaire et lui caressa le visage.

« Ne pas te comparer à un jouet ? Pourtant, certains jeux son dangereux. Et je préfère m’amuser avec des jouets dangereux, cela est plus plaisant. »

A présent il n’enseignait plus rien. Il déposa un baisé dans le coup de la jeune fille avant de lui mordre la gorge puis la contourna pour se diriger vers les douches. Après tout, il ne portait même pas une serviette et il était décider à se doucher. Avant de rentrer dans ls douche il lâcha une dernière réplique.

« Le cours est terminé, et présentement je compte aller me doucher, et même si l’envie de continuer à m’amuser avec toi est séduisante, je me dois quand même d’avoir un minimum de respect pour mon corps et celui des autres… »

Il rentra alors dans la douche, espérant que lajeune fille ai assez de culot pour continuer à le défier. Qui menait véritablement la danse? Elle? Lui? L'esprit? Les sens?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaenne M. Dean

» Perfect & Unbearable
» Perfect & Unbearable
avatar

♣ Messages : 114
♦ Age : 24
♣ Date d'inscription : 03/06/2010
♣ Localisation : Sens tu le revolver aux creux de tes reins ? Entends tu le grincement de la détente ?
♣ Humeur : Détestable.

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Mar 15 Juin - 16:44

    Lui aussi, souriait. Elle se doutait bien que des intentions malsaines étaient à l’ origine de cette radieuse humeur. Kaenne retrouva ce visage de marbre, sans expression qu’elle avait l’habitude d’employer, inutile de faire preuve d’une présence agréable lorsque vous vous trouvait près d’une personne riche en prétentions.
    Le silence est d’or et la parole est de plomb. Mais le plomb est un poison pour l’homme si celui-ci le laisse agir. Je laisse donc mon poison se répandre pour enfin blesser.
    Qu’entendait-il par là ? Que par de grandes théories il pensait pouvoir l’anéantir ? Elle n’était pas aussi futile qu’elle voulait le laisser paraitre parfois, pour que sa proie la sous estime, et qu’elle puisse porter le coup fatale dans la plus grande des surprise, elle marchait toujours comme ça, où alors, a travers multiples engagements, mensonges. Elle parvenait toujours a imposer a chaque rencontre une fille qu’elle n’était pas. Très souvent avec un cœur, une âme. Mais tous ces moyens qu’elle employait pour parvenir a ses fins ne l’atteignaient pas vraiment, voir pas du tout. Elle se moquait bien de savoir qu’un tel avait mal réagit a son changement soudain de personnalité. Elle aimer jouer avec les êtres humains, c’était vraiment plaisant de découvrir chaques réactions, c’était aussi très amusant de se rendre compte que deux personnes que l’on pensait similaires par leurs mœurs, leurs buts réagissaient de façon forts différentes. Très …Distrayant. Elle sourit donc, lorsque Sosomaru lui parlait encore comme l’aurait fait un philosophe. Redescend sur terre, tes belles paroles n’ont aucune valeur. Elle haussa donc la tête, bien indécise sur quelle personnalité choisir pour traiter le sujet ‘Sosomaru Kamisaru’. Le silence n’avait donc pas fait son résultat attendu. Que pouvait-elle bien essayer ? Une jeune fille en recherche de sa personnalité, optant elle aussi pour de beaux discours sans queue ni tête ? Non, ca lui ressemblait trop peu. Les paroles surpassèrent sa pensait, et contre sa propre volonté, mais pas contre son subconscient elle ne put s’empêcher de commenter la réflexion du jeune sur ce qu’était la parole.

    La parole peut être considérée comme un poison lorsqu’elle a de la valeur …

    Elle s’approcha de son visage, relevant le menton du jeune homme, sentant son souffle sur sa nuque, a l’aide de son doigt, l’examinant du mieux qu’elle le pouvait. Pour relâcher aussitôt son visage, s’éloignant, complétant sa phrase.

    Hors, jusqu'à présent, les tiennes sont creuses, elles ne représentent donc aucunement un quelconque poison.

    Elle lui sourit, finalement, elle se laisserait aller au feeling. La comédie était devenue une seconde nature, et elle n’avait plus besoin d’y réfléchir pour l’exécuter. Elle alla s’assoir sur les bancs, toujours bras croisés. Il parla de nouveau, lui affirmant qu’il lui était plaisant d’user d’une poupée dangereuse. Hors, elle s’entêtait a lui enlever cette idée de la tête. Qu’il la considère comme un jouet si cela lui plaisait, elle ne coopérerait juste pas, et n’étant pas de style a se laisser faire ailleurs qu’avec un arc en main et une cible dansa sa zone de tir, il lui serait fort difficile d’obtenir ce qu’il voudrait. Il s’approcha ensuite d’elle, pour déposer dans un son cou un baiser, avant de lui mordre, laissant pendant quelques secondes la trace de ses dents. Kaenne resta ‘statique’ ne réagissant nullement a ces gestes de provocations.

    Je te trouve bien prétentieux. Tu commences par me qualifier d’un jouet, puis tu te donnes des attitudes bien intimes.

    Elle fronça un sourcil, un sourire ironique toujours encré sur son visage. C’était faible, elle c’était attendu a plus de … Virilité, si on pouvait dire ça. Déçue, certainement. Elle finit par se relever quand celui-ci parla une dernière fois, elle balaya l’air d’une main, avant de le fixer hardiment une dernière fois. S’il voulait s’imposer, c’était maintenant, ou jamais. Elle n’irait pas lui courir derrière pour obtenir … trois marques de dents.

    De mon côté je vais approfondir ma quête d’un partenaire de jeu plus … Intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosomaru Kamisaru

Cruel joker and perfect sinner
Cruel joker and perfect sinner
avatar

♣ Messages : 35
♦ Age : 27
♣ Date d'inscription : 06/06/2010
♣ Localisation : j'ai trouvé une pelle aiguisé, ça poura fendre des cailloux... ou des cranes...
♣ Humeur : dans la vie y a deux type de personnes: ceux qui sont dans la tombe et ceux qui creusent la tombe, personnellement je creuse et toi?

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Mar 15 Juin - 18:03

La parole ne pouvait être un poison que lorsqu’elle avait de la valeur ? Lui n’en était pas si sur mais même dans ce genre de cas il ne se reposerait jamais sur des paroles vides de sens. Les paroles vides de sens ne frappaient jamais comme il fallait, ni ou il fallait ; à moins que le chance soit de notre côté. En acceptant cela, on acceptait le fait que chaque mot avait son importance. Sauf pour certains qui n’accordaient de valeur qu’à quelques mots. Et, malgré ce que l’on aurait pu croire il appartenait à ce genre de personnes. Frapper à droite et à gauche, au hasard sans toucher la cible, puis ensuite frapper. Frapper une seul fois, faire mouche et blesser. Blesser mortellement la proie ou l’emprisonner dans ses filets. Voilà la règle qu’il s’imposait, ne décocher la véritable flèche qu’au moment parfait, quitte à louper d’autres occasions.
La jeune fille cette fois l’avait surpris. Lui répondre aussi rapidement… Il du réviser son jugement, Kaenne avait bien sa place parmi les googais ; répondre aussi vite en frappant le point faible. Sauf que ce n’était pas un point faible, il savait que la majorité de ce qu’il disait était vide ; les mots empreints de sens étaient bien trop précieux pour le gaspiller pour de futiles joutes comme celle-ci, même si elles étaient intéressantes. Elle alla même jusqu’à lui caresser le visage. Quel charmant contact que celui de ses doigts contre son visage. Le provoquait-elle ?

« Lorsque mes paroles seront un poison je t’offrirais le plaisir de t’en informer. »

Était-il prétentieux de la qualifier de jouet puis de se comporter plutôt « intimement » ? Il devait l’avouer, il était prétentieux. Mais ce n’était pas pour cela qu’il avait agis ainsi. Non, c’était uniquement par provocation. Et d’une certaine manière c’était aussi une faveur, jamais il n’aurait ainsi avec quelqu’un sans intérêt. Pour l’instant il avait fait l’effort de respecter la jeune fille, de ne pas dépasser les limites de la bienséance. Peut-être aurait-il du songeât-il lorsqu’il entendit la remarque de la jeune fille alors qu’il s’apprêtait à se doucher.
Elle voulait approfondir sa quête d’un partenaire plus intéressant ? IL ne l’aurait sans doute pas reconnut, mais elle venait de toucher un point sensible chez le jeune homme, l’intérêt. Il ne supportait pas l’idée que l’on puisse le juger inintéressant. Même si c’était une provocation, il ne pouvait supporter l’idée que la partie puisse se terminer ainsi. Les sens dominaient la partie.
Il fit alors volte-face et se dirigeât d’un pas vif vers la googai avant de la rattraper. Il l’attrapa alors pas la taille avant de lui susurrer à l’oreille.

« Je dois avouer que tu as fais mouche. Mon ego ne pourrait supporter une telle pique sans réagir. »

Il était dans le dos de la demoiselle et la maintenait d’une main ferme. De l’autre il lui caressa la gorge puis les lèvre. Il sentait le souffle de la jeune fille qui s’était légèrement accéléré. En la gardant plaquée contre lui, il fit mine de la dévêtir tandis qu’il plaçait la main tenant la jeune fille au niveau de ses cuisses. Était-ce une invitation ? Ou une tentative de se défiler ? Ou encore une provocation ? Pour cette fois il capitulerait et offrirait à Kaenne la réaction logique de tout homme intelligent ayant un minimum d’ego.

« Et je dois reconnaître que j’ai trouvé un jouet plus intéressant que prévu. J’ai d’ailleurs bien envie d’approfondir son potentiel… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaenne M. Dean

» Perfect & Unbearable
» Perfect & Unbearable
avatar

♣ Messages : 114
♦ Age : 24
♣ Date d'inscription : 03/06/2010
♣ Localisation : Sens tu le revolver aux creux de tes reins ? Entends tu le grincement de la détente ?
♣ Humeur : Détestable.

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Mar 15 Juin - 20:21

    Lorsque mes paroles seront un poison je t’offrirais le plaisir de t’en informer.
    Oh, mais qu’elle délicate attention. Devait-elle se sentir comme une privilégié après ce superbe aveu ? Elle roula des yeux, soupirant. Kaenne était par contre, parfaitement ravie qu’il ne la contredise pas. Toutes ces belles paroles, tous ces beaux conseils. Il avouait indirectement que c’était … Du vent, de l’inutile. Elle ne put s’empêcher de sourire, fort satisfaite. Oui, son principale défaut a elle, était la vanité, impossible de cacher ses victoires, même si celles-ci se manifestaient simplement par des mimiques, des changements de tons, n’importe quoi, elle devait les exprimer un minimum. Le dos tournée, elle écoutait sa voix suave. Elle avança un peu plus vers la sortie, avant d’attendre le bruit de pas, suivit par les mains chaudes du jeune homme désormais posées sur sa taille. Elle sentit donc cette pression avec ses doigts, affirmant la présence de Sosomaru dans son dos. Elle releva la tête. Il lui avouait donc, également et pour la seconde fois en quelques minutes seulement, qu’elle avait tiré en plein milieu. Elle n’excellait pas dans le Tir à l’Arc mais dans bien d’autres domaines. Il lui expliquait que son égo ne pouvait supporter d’avoir était ‘piqué’ sans que celui-ci ne réagisse a ses provocations. Celui qui croyez prendre fut prit, pensa t’elle finalement.
    L’une de ses deux mains se détacha de sa hanche, pendant que l’autre refermait un peu plus son étreinte. Pensait-il réellement qu’elle succomberait aussi facilement ? Ne serait-ce pas lui, le jouet, en fin de compte ? A l’idée de cette perspective, sa respiration se fit plus rapide, plus accélérée. Elle balança légèrement sa tête en arrière pendant qu’il passait une main experte le long de son cou, qu’elle stoppa immédiatement, crispant ses doigts sur celui du jeune homme. Elle sourit, amusée.

    Crois tu réellement que je vais te tomber dans les bras aussi facilement ?

    Elle était malgré tout toujours plaquée contre lui, son dos callé contre le torse du Googaï, soulevait au rythme de sa respiration. La sienne n’était pas totalement calme, non plus. Ils étaient deux excités à l’idée de prendre l’autre dans leur filet. Kaenne avait toujours pensé que la nature avait comblé, d’une manière ou d’une autre, la grande différence physique qui existait entre les hommes et les femmes. Elle avait compensée ce manque par l’intelligence. La plupart des hommes n’étaient que des bêtes, avides de sexe ou de sang, et sans beaucoup de composants intellectuels. Elle les considérait donc souvent comme des mannequins. Certains étaient l’exception à la règle, mais ils se comptaient sur les doigts d’une main. Elle sentit ensuite sa paume chaude descendre sur ses cuisses, l’autre toujours coincées entre ses doigts fins.
    Il en profitait pour lui souffler que finalement, elle fût un jouet plus intéressant qu’il ne le pensait. Fort bien, si en plus il l’a trouvé ‘exploitable’. Il voulait approfondir son potentiel. Pour qui la prenait-il ? Pour un jeu vidéo dans lequel il aurait fallut monter le plus rapidement les niveaux ? Il se mettait un doigt dans l’œil. Game over, s’il commençait par là. Mais elle ne ferrait pas la difficile, pour une fois, elle voulait s’amuser –et oui, ça arrive. La séduction était un art. Elle se tourna, visage contre visage, laissant retomber la main du jeune homme dans le vide. Méfiance, mon cher. Elle aurait très bien put se retourner et partir. D’ailleurs pendant quelques minutes elle avait voulut faire comme cela, le laisser sur sa faim, seul au milieu de son vestiaire, quasiment dévêtu de la tête au pied, comme … Un con, quoi ! Cette idée la ravissait. Elle remettrait cela a plus tard. Lorsqu’il s’y attendrait le moins. Elle recula d’un pas malgré tout, coupant tous les contacts physiques qu’il avait effectué précédemment, pour clairement lui faire comprendre que la notion de jouet ne la satisfaisait pas, et que même si son changement d’idée n’était qu’artificiel, elle lui fit comprendre qu’il faudrait le formuler de vive voix avant de pouvoir l’approfondir’. Elle aussi avait son égo, certes beaucoup moins volumineux que lui, lui semblait-il, mais il était bien présent, dans ce corps de femme entêtée et butée. Elle lui sourit, un sourire narquois qui voulait dire ‘A prendre ou A laisser’.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosomaru Kamisaru

Cruel joker and perfect sinner
Cruel joker and perfect sinner
avatar

♣ Messages : 35
♦ Age : 27
♣ Date d'inscription : 06/06/2010
♣ Localisation : j'ai trouvé une pelle aiguisé, ça poura fendre des cailloux... ou des cranes...
♣ Humeur : dans la vie y a deux type de personnes: ceux qui sont dans la tombe et ceux qui creusent la tombe, personnellement je creuse et toi?

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Mar 15 Juin - 21:47

Croyait-il sérieusement qu’elle allait tomber dans ses bras si facilement ? Encore fallait-il qu’el ai tenté de la séduire pour qu’elle tombe dans ses bras. Les jeux de la séduction et les jeux charnels étaient deux jeux différents. Lorsque l’on avait grandis dans un milieux comme le sien, on apprenait rapidement à différencier les deux jeux. Si les jeux charnel se contentaient des sens, il ne menaçaient pas l’intégrité d’un yakusa ; alors que les jeux de la séduction eux, pouvait mener les mafieux à leur perte uniquement parce qu’ils s’étaient entichés d’une demoiselle. Les rares qui avaient joués ce jeux dans les deux sens s’étaient toujours brûlés les ailes au final. Il avait toujours apprit à séduire sans mettre ses sentiments en jeu. Et pour l’instant l’heure n’était pas à cette valse voluptueuse qu’était la séduction. Non, c’était l’heure des jeux charnels.
Donc non, il n’espérait pas la séduire. Ce que la demoiselle ne savais pas, c’était qu’il avait toujours eu ce qu’il voulait ; et que quand il ne l’avait pas il l’avait toujours pris. Orgueil, envie, plaisir, gourmandise, colère, paresse, avarice… Ces sentiment étaient pour lui les moteurs de l’homme, ce qui permettait de manier n’importe qui ; y compris lui. Il était conscient de cela et n’hésitait pas à user de ces sentiment pour manœuvrer les autre, mais lui aussi était susceptible d’y succomber ; c’était d’ailleurs pour cela qu’en ce moment même il se conduisait ainsi, pour satisfaire ses désirs. Sauf qu’il n’était pas une personne quelconque, quand il voulait quelque chose il l’avait, quelqu’en soit le prix pour les autres ; jamais à son détriment, et ce n’était pas encore l’heure. Alors qu’elle était encore contre lui il lui susurra d’une voix meurtrière.

« Et crois-tu que cela m’importe beaucoup ? Je ne suis pas un enfant de riche comme toi jeune fille. Peut-être qu’une seule année nous sépare sur le papier mais je vais t’apprendre une chose : j’ai toujours eu ce que je voulais, et ce n’est pas grâce à ma famille. Je me suis construit moi-même, et je me suis battu moi-même. Puis j’ai vue des chose qui te laisseraient un goût amer dans la bouche ainsi que des questions de morales assez dérangeantes. »

Meurtres, assassinats, torture. On s’y faisait très vite quand on était conditionné. Surtout quand on avait assisté aux pratiques les pire à l’age de quatre ans. Tout autre personne que lui aurait eu un goût amer dans la bouche. Sauf que ce genre de chose, on s’y faisait aisément quant on avait aucun choix. Puis il avait la chance de diriger la majeure partie du temps, même si tout professionnel exigeant du respect devait parfois mettre la main à la pâte. Pendant un instant ses prise s’était affermi, l’espace d’une seconde on avait pu voir transparaître son agressivité. Qu’elle ne le prenne pas pour un petit fils à papa quelconque, il ne jouait pas dans la même court. Il la laissa alors s’éloigner et eu le droit à un sourire mi figue mi raisin.

« Alors quand on joue à les princesse grâce à papa et à son petit cerveau possédant quelques capacités, on apprend à jauger celui qui lui ait face. Et on le remercie de nous avoir mis à l’abris du monde qui existe véritablement et d'avoir protéger son joli petit minois. »
Il avait cette fois parlé sur un ton enjôleur tandis qu’il s’était imperceptiblement rapproché de Kaenne jusqu’à la coller contre la qu’il eu la présence d’esprit de fermer. Il caressa alors la nuque de la demoiselle tandis que d’une autre main il lui maintint le menton avant de l’embrasser. Calme, sans empressement mais avec assez d’aplomb pour lui signifier qu’à présent elle n’avait plus le choix. Le problème avec Sosomaru, c’était qu’il était prêt à goûter à tout, la drogue et les affres du plaisir étant un plaisir comme un autre, la roulette russe et les échec des jeux comme un autre. Il poussait toujours les choses jusqu’au bout, il allait jusqu’ou les choses pouvaient se briser. Il n’appliquait qu’une règle pour jouer : franchir la limite.
Il devait reconnaître que la demoiselle avait tout pour aguicher la majorité des hommes existants. Pour tout dire, tout homme normalement constituer ne pouvait contester ses atouts. Et Soso devait reconnaître qu’une aussi jolie poupée avec un esprit aussi aiguisé était vraiment aguichant. Il ne manquait plus qu’une touche de noirceur à cette adorable créature pour qu’il révise son jugement et qu’il le rende positif. Ce n’était le genre de fille qui courait les rues.

« Alors je vais être clair, je te veux et je t’aurais. Juste une fois sans doute, mais sache que ce n’est pas une proposition. »

Il maintenait à présent la jeune fille au mur assez fermement pour qu’elle ne puisse partir sans le forcer à la relâcher, mais avec assez de douceur pour ne pas lui faire mal, un étau d’acier dans un étuis de velours. Il l’embrassa alors, savourant les lèvre de la jeune fille. Parfois, mener la danse pouvait être plus problématique que se laisser mener si on se plaçait mal et avec un mauvais cavalier ou une mauvaise cavalière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaenne M. Dean

» Perfect & Unbearable
» Perfect & Unbearable
avatar

♣ Messages : 114
♦ Age : 24
♣ Date d'inscription : 03/06/2010
♣ Localisation : Sens tu le revolver aux creux de tes reins ? Entends tu le grincement de la détente ?
♣ Humeur : Détestable.

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Mar 15 Juin - 22:31

    Contact Charnel ou séduction, chez Kaenne il n’y avait aucune différence. Pas même le résultat différait. Lorsqu’il évoqua la ‘petite fille à papa’ qu’elle était elle ne put s’empêcher de rigoler. Certes, l’argent l’avait menée bien loin, bien plus loin dans cette sombre société constituée de bien plus de personnes malveillantes qu’on pouvait y penser. Oui, elle avait de l’argent, ses parents en avaient, jusqu'à pouvoir en jeter par les fenêtres, mais aussi étonnant que cela puisse paraitre, Kaenne avait acquit certaine doctrine, des techniques qui l’empêchait de se faire avoir par n’importe qui. Le goût du sang, elle ne l’avait pas gagné à travers les Dollars, l’Euros ou le Yen. C’était comme on pourrait dire, inné chez elle. Mais elle ne contredit pas ces paroles, après tout, quel male y avait t-il a le confirmer dans l’idée qu’elle était vulnérable et que lui était le plus fort ? Aucun. Elle était consciente entièrement de la situation, lui pas. Il la sous estimait grandement, et c’est que qu’elle cherchait au final. Elle voulut rétorquer lorsqu’il lui conseillait de se ‘rendre compte’ a qui elle faisait face. C’était plutôt l’inverse qui devrait se produire. Elle s’en rendait bien compte, fils ou neveux de Mafieux, c’était bien assimilé tout ça, mais ce n’était pas pour autant qu’elle irait de l’avant aveuglement au risque de se retrouver défigurée par les menaces qu’il ne cessait d’énoncer indirectement. Cela la faisait beaucoup rire. Mais qu’importe, il serait fort surpris, un jour. Elle l’avait sentit se rapprocher lentement d’elle. Mais c’est qu’il persisté l’Egocentrique. Elle sentit sa main frôler progressivement sa nuque, ses doigts glissant sur cette dernière.

    Sachez mon cher, que la Petite Fille a Papa doit la conservation de son ‘minois’ à la ruse, et au peu de confiance qu’elle accorde a n'importe quoi.Non pas au fric que son père peut bien avoir.

    Elle approcha un peu plus son visage de celui de Sosomaru, frôlant un court instant ses lèvres avant de reculer vivement la tête, laissant un arrière goût de ses lèvres sur celle du jeune homme. L’idée qu’on la prenne pour une Bourge sans cervelle l’a mettait au fond hors d’elle-même. Mais elle pouvait très bien continuer a jouer la sotte et a provoquer les Blondinet aussi longtemps qu’il lui plairait. Il avait peut être la force physique, mais elle était très lui de la bêtise. Ses parents avaient toujours assurés financièrement, mais on ne pouvait pas non plus dire que son père fut réellement présent a toutes les étapes de sa vie, au non, ce serait mentir. Mais elle ne s’en plaignait pas. Si son paternel avait écouté les nombreux conseils de cette Haute Société, elle aurait finie dans un Couvent, a garder le silence jour et nuit et a faire vœux de chasteté. Elle s’imaginait fort mal dans cette situation. Elle pouvait convenir à nombreuses personnes, mais pas a elle. Elle avait fait vœux de liberté, et rien d’autre.
    Progressivement, les deux jeunes gens reculèrent jusqu'à ce que Kaenne ne soit totalement bloquée par le mur des vestiaires, le souffle de Sosomaru glissant constamment sur son visage.
    Alors je vais être clair, je te veux et je t’aurais. Juste une fois sans doute, mais sache que ce n’est pas une proposition.
    Bien, il lui laissait le choix entre céder et … Céder. Elle sourit. Au même, il chercherait a ‘l’avoir’. Elle l’aurait aussi, pas dans un même contexte et surement pas dans le même but, mais elle l’aurait. Au moins, ils avaient la détermination comme point commun. Elle approcha sa bouche de l’oreille du jeune homme, avant de l’entre ouvrir pour y murmurer quelque chose.

    Arrêtes. Tu redeviens insolent.

    Elle recula son visage, de sorte qu’elle puisse le voir, et que lui puisse également la voir, un sourire ironique étirant ses lèvres.
    Je ne supporte pas les caprices.
    Elle aimait bien retourner la situation, le placer en tant que Gamin capricieux alors qu’il l’avait décrite comme tel précédemment. Il pouvait très bien de nouveau le qualifier de Petite Fille riche et qui réclame sans cesse, il pouvait très bien cracher sur son nom, toutes ces paroles ne feraient que pimenter un peu plus l’état actuel des choses. Toutes ces futures ‘insultes’ couleraient sur elle comme si elles n’avaient pas été prononcé. L’indifférence des propos qu’il pourrait bien porter. Elle embrassa lentement le coin de ses lèvres, pour elle, ça n’allait pas plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosomaru Kamisaru

Cruel joker and perfect sinner
Cruel joker and perfect sinner
avatar

♣ Messages : 35
♦ Age : 27
♣ Date d'inscription : 06/06/2010
♣ Localisation : j'ai trouvé une pelle aiguisé, ça poura fendre des cailloux... ou des cranes...
♣ Humeur : dans la vie y a deux type de personnes: ceux qui sont dans la tombe et ceux qui creusent la tombe, personnellement je creuse et toi?

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Mer 16 Juin - 9:03

Un large sourire se dessina sur le visage de Soso lorsqu'il entendit la remarque de la jeune fille. Il ne doutait pas que celle ci ai été assez intelligente pour pouvoir se défendre sans aucun problème. Tout comme il reconnaissait qu'un monde d'argent et de richesse était un endroit hostile. Après tout lui même ne jouait-il pas dans cette cours? Combien de petites entreprise avait-il éliminé afin de s’enrichir. Combien de plus grandes entreprise accordaient à ses envie une attention particulière car il avait une grande part d'action chez elles? Beaucoup auraient pu croire que vivre dans un tel milieu n’était que grâce et volupté. Quand on n’avait pas besoin de se battre pour son argent oui, mais on ne pouvait garder son argent si l’on ne faisait rien. Lui avait appris sur le terrain, son père lui avait « offert » un peu d’argent pour qu’il puisse se faire les dents et, malgré quelques échecs il en était sortit victorieux.
Donc, qu’elle se soit sauvegardées grâce à la méfiance et à la ruse était tout à fait logique, et il était loin de contester ce fait. C’était juste que ruse et méfiance n’étaient pas suffisantes, on lui avait appris que ces deux qualité étaient inutiles lorsque l’on avait pas une détermination sa failles ainsi qu’un cœur capable de supporter les pires horreurs. Il n’était pas écœuré par le monde, juste lucide. De plus quelqu’un avait beau être intelligent, lorsqu’il se prenait une balle dans la t^te il n’avait plus vraiment les moyens d’agir. C’est ce qu’il avait failli apprendre à ses dépends : que l’intelligence sans la force n’était rien. Qu’elle pense qu’il était une simple brute sans cervelle si ça l’amusait. Mais Soso était sûre d’une chose : une défaite importait peu quand on était capable de ré atterrir sur ses pattes. Peu lui importait de perdre, cela l’amusait même ; mais il ne jouait pas pour perdre non, il jouait pour gagner C’était comme tenir un revolver, lorsqu’on le tenait on dominait. Mais cette puissance pouvait se retourner contre nous si l’on ne maintenait pas notre vigilance.

« Loin de moi de dire que tu es une fille stupide Kaenne, mais sache juste que la personne qui m’ôtera tous mes masque n’est pas encore présente. »

Comment révéler le visage de quelqu’un qui un masque nommé mensonge ? Comment croire que même en retirant ce masque un autre attendrait ? Sosomaru n’était pas quelqu’un de stupide, loin de là. Et il savait qu’ils ‘était engagé sur une pente glissante. La question n’était pas de savoir qui glissait le mieux, mais qui s’en tirerait le mieux. Et au pire, il perdrait ce qui ferait une expérience de plus. Au mieux il gagnait. Si lui pouvait se formaliser de perdre, il n’était pas sur qu’il en soit de même pour la jeune fille. Son orgueil à lui, était de maîtriser de nombreuses choses d’être quelqu’un de doué et d’évolutif, pas d’être supérieur aux autres ; ce facteur là était annexe, même si il se considérait ainsi.
La jeune fille joua un peu avec lui avant de lui faire la remarque qu’il était insolent. Il ne se voyait pas comme ça, il était plutôt sans gène. Quand à la remarque du caprice… Il avait toujours eu ce qu’il voulait. Ou plutôt il s’en était toujours emparé quel qu’en soit le prix. Le jeune homme reconnaissait donc aisément qu’il était capricieux , après tout pourquoi se leurrer ? Tout homme gardait en lui une part d’enfant, lui avait juste gardé la mauvaise. Il eu le droit à un baisé au coin des lèves. Il lui mordilla alors l’oreille toujours en la maintenant contre le mur.

« Mais je vais y’avouer quelque chose, les apparences sont toujours trompeuse ; sous couvert d’une jolie poupée, se cache le visage d’une jeune fille prête à détruire les autres. Tu n’est pas une googai pour rien. »

Il lui caressa alors le visage d’une main puis se fut son tour de susurrer quelque chose.

« Et je dois dire que ton visage est parfait, quoi de plus étonnant quand on se préoccupe autant de l’apparence physique… Mais sache que je ne suis pas un googai pour rien, moi aussi je suis déterminé à détruire… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaenne M. Dean

» Perfect & Unbearable
» Perfect & Unbearable
avatar

♣ Messages : 114
♦ Age : 24
♣ Date d'inscription : 03/06/2010
♣ Localisation : Sens tu le revolver aux creux de tes reins ? Entends tu le grincement de la détente ?
♣ Humeur : Détestable.

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Mer 16 Juin - 11:47

    Son but à elle était tout simple, en fin de compte. Elle se moquait fort bien de l’argent qu’elle pourrait amasser en détruisant certains particuliers, non, l’argent elle en avait a outrance, pourquoi en chercher plus ? Cette notion de suffisance étai très rare dans ce milieu, tout le monde en voulait toujours plus, les partenariats a ne plus savoir qu’en faire, les coups bas, les mouchards, … Elle passait donc, dans les grandes conférences dans lesquelles elle était conviée avec ses parents pour une modeste gamine que l’on pouvait facilement berner de part son manque d’intérêt pour l’argent. Beaucoup l’avait souvent invité par la suite pour la formater. Lui intégrer une nouvelle vision des choses dans sa petite tête qu’ils pensaient bien creuses. C’était un moyen comme un autre de déterminer qui était une menace, et qui n’en était pas. Elle repartait ensuite chez elle, et écrivait tout ce qu’elle avait après grâce a des questions d’ignorante qui débuterait dans le domaine, mais chaque réponse, chaque mot employé l’aidé a définir au fon, qui était réellement tel entrepreneur, tel Patron, etc. Ses parents avaient finalement compris qu’elle n’avait jamais été ‘aveuglée’ par l’argent. Que les liaisons qu’elle pourrait bien établir avec tel héritier ne seraient que néfastes, mais elle s’en moquait bien, tous ces fils aux poches bien pleines tombaient régulièrement dans le panneau, encouragé par leur père avide de récupérer la fortune Dean. Mais ils s’y cassaient toujours les dents. Elle se remémora tous ces passages, les journées passaient assises sur une banquette à écouter le père fait les louanges du fils, et vice versa. Son contentement lorsqu’elle sortait de la demeure, la faille enfin trouvée. Kaenne s’était l’ombre d’un instant perdue dans ses pensées, le regard derrière l’épaule de Sosomaru, dans le vide, le visage inexpressif. Sa voix, d’ailleurs la sortie de sa méditation. Elle releva la tête. Il lui expliquait qu’il ne pensait pas qu’elle était idiote, mais que la personne qui le connaitrait entièrement, qui lui ‘ôtera tout ses masques’ n’était pas de ce monde. Un défi ? Selon elle, elle n’avait pas besoin de tous les découvrir, il suffisait de trouver les bons, ceux qu’il utilise pour cacher le plus possible sa véritable personnalité.
    Mais je vais t’avouer quelque chose, les apparences sont toujours trompeuses ; sous couvert d’une jolie poupée, se cache le visage d’une fille prête à détruire les autres. Tu n’es pas une Googaï pour rien.
    Elle ne put s’empêcher de rire. Disons qu’il … Ne lui apprenait rien. Elle était fort bien au courant pour savoir qu’il ne fallait en aucun cas se justifier d’une apparence flatteuse ou douteuse, justement. La preuve. Elle n’avait jamais fait confiance a ce critère nommé physique. Comment peut t’on se baser la dessus sachant que quasiment toutes les grandes fortunes s’étaient basées sur un argent … Sale ? Elle se doutait que celle des Dean n’était pas sainte non plus, mais de savoir que tout avait démarrer sur une mesquinerie, ou savoir que ses aïeuls avaient travaillés comme des forcenés pour en arriver là, qu’elle était la différence dans sa position actuelle ? Aucune. Elle n’avait donc jamais réellement fait de recherches, un jour peut être, mais elle avait d’autres préoccupations pour les jours qui suivraient.

    Honnêtement, tu ne m’apprends absolument rien.

    Il s’approcha a son tour, pour lui murmurer quelque chose. Décidément, c’était le jour des pseudo-confidences. Il flattait donc son visage et se doutait qu’on attachait une certaine importance a son physique, mais il lui rappelait que lui aussi était Googaï, et tout comme elle, pas pour rien. Après quoi, Kaenne sourit doucement, elle voulait le défier, qu’il se rabaisse une bonne fois pour toute dans son estime. Kaenne détestait perde, c’est surement pour cela n’arrivait jamais, -bon, peut être une ou deux fois, grand maximum. Mais l’idée de cumuler des défaites lui était insupportable, c’était pourquoi elle était toujours prête a tout pour détruire ce qui serait sur son passage, ou un ennemi potentiel, une menace. Et pour le moment Sosomaru
    se présentait comme tel.

    Comme ça, on est deux, mais saches que tu seras le premier à tomber.

    Elle recula son visage, lui faisant face malgré les centimètres qui les séparaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosomaru Kamisaru

Cruel joker and perfect sinner
Cruel joker and perfect sinner
avatar

♣ Messages : 35
♦ Age : 27
♣ Date d'inscription : 06/06/2010
♣ Localisation : j'ai trouvé une pelle aiguisé, ça poura fendre des cailloux... ou des cranes...
♣ Humeur : dans la vie y a deux type de personnes: ceux qui sont dans la tombe et ceux qui creusent la tombe, personnellement je creuse et toi?

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   Lun 28 Juin - 12:11

Le jeu commençait à s’éterniser quelque peu trouvait le googai. Non pas qu’il n’était pas patient, mais plutôt qu’il commençait légèrement à se lasser ; provocation sur provocation, voilà ce qu’il voyait. Etant d’un naturel joueur il ne pouvait résister à ce genre « d’affrontement ». Mais lorsque l’affrontement se passait uniquement en provocation cela devenait ennuyeux. Et n’ayant pas l’habitude de s’attarder sur ce qui l’ennuyait, Il songeait à mettre fin à cette entrevue. La jeune fille avait beau être intelligente, celle là était incapable de reconnaître lorsqu’on la jugeait en tant qu’égal. Pourtant jouer avec le feu était quelque chose de particulièrement intéressant et amusant… sauf quand le feu en question n’était que la simple flamme d’un briquet. Le mépris était une arme qui pouvait s’avérer dévastatrice quand on l’utilisait efficacement, mais comme un couteau, si on l’utilisait trop souvent sa lame s’émoussait, et la le couteau ne pouvait plus qu’écorcher.
A la fois, il devait éviter de pousser son petit jeu trop loin ; ou tout du moins pour l’instant. La jeune fille était une googai ce qui théoriquement la mettait sur un pied d’égalité. D’un autre coté les provocations méritaient d’avoir une réponse. Encore une fois, il fallait frapper la ou l’on ne s’y attendait pas ; et perdre une bataille de ce niveau n’était pas dérangeante. Ceux qui ne savaient pas reculer quand on pouvait se le permettre sans que cela ne fasse des dégâts et, ravaler leur égo n’étaient que des imbéciles. Il déposa alors un baisé dans le coup de la googai.

« Je crois que pour aujourd’hui je dois m’avouer vaincu face à tant d’incompréhension ; mais savoir redescendre de son piédestal serait une bonne idée. »

Il glissa alors une main à l’intérieur des cuisses de la jeune fille et la remonta vers son intimité puis le retira au bout de quelques secondes avant de faire demi-tour. Aujourd’hui il abandonnait juste par ennui, il n’avait pas envi de continuer ainsi car il trouvait la situation un peu longue. Il se dirigea ensuit vers les douche avant de se retourner une dernière fois un sourire d’ange plaqué sur son visage parfait.

« Je dois avouer qu’aujourd’hui je ne peux que m’avouer vaincu, l’ennui est sans doute une des armes les plus efficace… »

Puis il rentra dans la douche.





[HS/ je dois m'excuser d'avoir mis autant de temps à répondre mais manque d'inspi en force, d'ailleurs je suis désolé d'avoir fait aussi court]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Deux flèches. [Private]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux flèches. [Private]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#_Tokyo High School :: Tokio High School -rp- :: # Le gymnase :: # Salles vides-