AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Tokyo high School recrute > ici <   |   Nous avons besoin de garçon rapidement  |   Attention attention, les heures de colles vont être distribuer à ce qui le méritent .

Partagez | 
 

 Fanfics Kuroshituji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sora Kamina


avatar

♣ Messages : 44
♣ Date d'inscription : 16/07/2010
♣ Localisation : Ici =P
♣ Humeur : Tristoune...

Feuille de personnage
Le personnages:
Vos relations:


MessageSujet: Fanfics Kuroshituji   Sam 31 Juil - 23:08

Peut-on trouvé un titre plus pourri?

Voilà une fanfic au sujet de Black Butler... Sa dois être à peu près ma troisième fanfic, si deux demi-fanfic compte pour une ( What a Face ).
A la base, le héro ne se prénomme pas Ciel... Peut-être que sa n'auras pas l'air d'un Black Butler du tout, et que sa ferras un peu OOC, m'enfin si, si, c'est du Black Butler ( Neutral ).

Enfin bon, je penser faire un texte de présentation plus long, mais c'est le soir et j'ai pas d'inspi U_U. 'Hope you Enjoy It!




Chapitre 1 : La Rencontre

Les paysages défiler, inconnu, par la fenêtre de la voiture. Avec la couverture que lui faisait l'être humain sur ses genoux, il faisait presque insupportablement chaud, mais quand on lui demanda: "Keil, tu veux que je prenne ta petite sœur un moment?" Il avait répondu que non, ça aller. Kellian, de son nom complet, plus souvent appelé Key ou Keil, ne trouver pas que son nom lui aller. Kellian Jouné. Il regarda alors plus le reflet de son visage la vitre que le paysage qui se retrouver derrière. Il n'avait pas l'impression de se ressemblait, non plus. Crise d'adolescence et crise d'identité? Peut-être, mais il ne savait pas du tout comment prendre le fait que, après 13 ans de vie auprès de sa famille, il leurs porter encore souvent le regard que leurs porterais un étranger.
"Key?" Murmura la fillette de bientôt dix ans en se réveillant doucement de sur ses genoux: "On est bientôt arriver?"
"Je ne sais pas." Répondit-il. "Papa, Meliana voudrais savoir si on est encore loin."
"Non, on est bientôt arrivé." Affirma son père avec un grand sourire. "Notre nouveau chez-nous."
"Je ne suis pas trop lourde?" murmura ensuite la fillette. Elle l'était. Mais le jeune garçon secoua négativement la tête avec un petit sourire, avant de regarder à nouveau par la fenêtre. Ou plutôt, regarder sa sœur dans l'image que la vitre donnait d'elle. Frère et sœur ce ressemblait, c'était indéniable. Ces cheveux noirs, ce visage pâlichons. Dans le reflet imprécis de la vitre de voiture, on aurait pu les confondre, sans l'éternel bandeau que Kellian porter pour se cacher l'œil. Il ne savait pas très bien ce qui lui était arriver, a cet œil. En dessous du bandeau, il porter une lentille, et c'était toujours sa mère qui s'occuper de quoi que ce soit qui pouvait avoir rapport a cet œil. Lui-même ne l'avait jamais vue... Sa ne devait vraiment pas être beau à voir...
"On est arriver!" Lança joyeusement son père en se garant, tirant le jeune garçon de ces pensés. "Terminus! Ah, ça fait du bien de déménager, non?"
Personne ne répondit. Le voyage avait était long et relativement pénible, il n'y avait que le père de famille pour dire ainsi qu'il aimer déménager. Keil avait déjà déménager, quand il était tout petit, mais pour sa petite sœur, c'était la première fois. Cependant, elle semblait déjà avoir son opinion sur la question: Déménager, plus jamais. Il sourit un peu, tout comme sa mère, en descendant de voiture. Les affaires avait était déménager précédemment, mais Keil deviner qu'il y aurait encore beaucoup a faire. En s'étirant, il observa ce qui ce trouver autours de lui. Une maison a deux étages avec un petit portail vert et un petit jardin. Il savait cependant que le jardin n'était pas a eux: Le vieil homme qui habiter là leurs avait vendu la moitié de sa maison en guise d'appartement. Ils allait cohabiter... Kellian n'aimer pas ce mot. Il supporter déjà peu sa famille, il n'avait pas envie en plus de supporter un vieil inconnu. Enfin, ce n'était pas lui qui décider, c'était son père... C'était toujours lui qui décider, ce vieux porc pauvre et...
Il ce força a couper le fil de ses pensés malsaine et suivit sa famille en traversant le jardin. Le jardin, au moins, était joli. Pas assez joli, mais joli. Que cherchait-il, à la fin? Pourquoi était-il éternellement insatisfait?
"Bonjour M. Trancy!" Lança joyeusement le père de famille en allant serrer chaleureusement la main de l'espèce de biscotte ridés qui ce tenait devant la porte. Il n'avait pas beaucoup plus de cheveux qu'une biscotte, après tout... A noter qu'une biscotte était moins vouté.
"Bonjour, M. Jouné..." Chevrotta la biscotte nommé Trancy. "Madame... Et c'est donc vos deux beaux enfants?"
Ne me touche pas, vieux shnok...
Songea Keil, mais il ne put rien faire pour empêcher la main ridés de lui ébouriffé les cheveux. Se n'était pas aussi désagréable qu'il l'avait craint. En fait, le vieil homme l'avait à peine toucher, comme si il était aussi dégouté par ce contacte que Keil l'était. Mais alors, pourquoi faire semblant? Keil écarquilla les yeux alors que leurs père les présentés, mais il n'écouter pas. Il y avait quelqu'un d'autre dans la maison...
Qu'avait-il de particulier? Rien de flagrant... Il pourrait être le fils, ou plutôt le petit-fils, de la biscotte à qui sont père parler. Peut-être était-ce bizarre, par contre, qu'il le regarde, lui, l'enfant, avec se sourire. Ce sourire amusé. Ce sourire qu'une fille aurait surement qualifié de séducteur... Et il ne détourner pas la regard. Les adultes parler entre eux, entrait dans la maison, son abruti de père beuglait de rire, et Keil et l'inconnu ce fixait toujours. Pourquoi serais-ce à Keil de baisser les yeux en premier? Sans vraiment le vouloir, l'air de Keil aller en passant du neutre au méprisant. Et l'inconnu détourna les yeux en s'éloignant vers la discutions des autres adultes, souriant de l'air le plus amusé que le jeune garçon n'avait jamais vue. Ce moquer-t-il de lui, l'enfant? Non, il semblait plutôt... Satisfait. Il avait vérifié quelque choses, et cela avait était une expérience positive.
"Excusez-moi..." L'entendit-t-il dire a ses parents: "Mon nom est Sébatian Michaelis. Enchanté de vous rencontré."
Son père éclatât de rire et tapa dans le dos du surpris Sébastian en lui disant qu'il n'avait pas besoin de faire toute ses politesse avec eux. Sa mère sourit. Keil regarda ailleurs, ronger de honte. Quel malheur du destin lui avait collé ça pour père?
Son attention fut détourner par les deux petites mains ferme qui s'agripper à lui.
"Attention." Murmuras bien bas sa petite sœur, accrocher à son bras: "Celui-là, il ne te veux pas du bien"
Le jeune Jouné sourit et fit un bisou sur le front de sa cadette.
"Merci, Mely." Murmura-t-il. "Papa, ont est fatigué, peut-on monter dans notre chambre?" Interpella-t-il ensuite plus fort.
"Hein? Ah, oui! Aller, filer les enfants! Sebastian, c'est ça votre nom? Michaelis? Eh bien, ce n'est pas courant, en tout cas!"
Keil fut heureux de monter l'escalier avec sa sœur avant de mourir, complètement enterré par la honte que son père jeté constamment sur lui. Sebastian ne lui voulait pas du bien, selon Meliana... Pas du bien... Vraiment? Il ne lui voulait surement pas quelque choses de normal avec un regard pareille, mais... Du mal? Il ne savait pas bien pourquoi, il n'arriver pas du tout à y croire...
Sebastian... C'était surement la première personne qu'il rencontré dont il avait la sensation de se voir dans le regard. Son vrai lui-même, qui que ce soit...
La première personne aussi avec qui il avait l'impression de pouvoir rester sans avoir la sensation, pas désagréable mais bien présente, de mentir. Là, il mentait à sa mère, son père, sa sœur, ces pseudos amis. En quoi mentait-il moins à cet inconnu?
Sentant l'absurde venir dans ses pensés, le tout jeune adolescent les repoussas au loin en comptant machinalement les marche de l'escalier.

Même les plus lointaine vois avait disparut. C'était le silence, le vrai, dans une obscurité presque parfaite. Ils avait déménager dans un coin pommé, ce dit Keil. Ce n'était pas qu'il aimé vraiment la ville, mais... Quelque part, ça le déranger d'être envelopper dans une si sombre atmosphère... Cela n'aurai-il pas dû l'assoupir? Pourquoi ce sentait-il incapable de dormir, après, pourtant, un si long voyage pour arriver jusqu'ici?
"Key?" Sa sœur avait murmurer, mais un orage aurait tout aussi bien pu éclater. Il lui semblait qu'on avait découpé le silence à coup de hache. "Tu est réveillé?"
"Oui, Meliana. Pourquoi?" Répondit-il.
"Qu'est-ce que tu compte faire au sujet du grand garçon?"
"Michaelis? Qu'est-ce que tu veux que je fasse? Ou plutôt, qu'est-ce que tu veux qu'il me fasse?"
"Tu lui fait confiance?" Le ton proche du outré de sa sœur eut le don de l'amusé. Il eut un bref demi sourire, puis tourna la tête du côté du lit de Meliana.
"Non, Mely. Mais... Je ne le connais pas. Je ne vais pas l'accusé de n'importe quoi sur une première impression."
"Tu n'est pas comme ça, d'habitude." Ce soupir irrita Keil. Et il ne savait même pas pourquoi. Il se redressa sur ses coudes et fixa la petite silhouette de sa cadette dans l'obscurité.
"Que veux-tu dire par là?"
"Sa ne te dérange pas d'avoir des préjugés, d'habitudes. Tu à même l'air d'en être fier. Je ne l'aime pas du tout, Key. Il t'as fixé jusqu'à ce que tu change."
"Hein?"
"Parfaitement. Je vous ai vu tout les deux. Il t'as regarder jusqu'à ce que tu change d'expression. Et là, il était content, comme si c'était bien que tu fasse semblant d'être quelqu'un d'autres. Je n'aime pas du tout ça, Key."
Un long silence s'ensuivit. Jusqu'à ce qu'il change au yeux de Meliana, c'était jusqu'à ce qu'il redevienne lui-même? Mais l'inconnu ne pouvait pas savoir qui il était en lui-même... A moins que ce ne soit pas vraiment un inconnu... Quelqu'un qui l'avait rencontré quand il était petit, peut-être. Mais en quoi cela concerné-t-il Meliana? De toute façon, si quelqu'un voulait faire du mal à Keil, ce ne serais pas sa petite sœur qui allait le protégé...
Et si il avait vraiment caché sa véritable personnalité jusque là... Il n'avait même pas besoin d'y réfléchir, Keil ne voulait pas que sa famille la vois, et sa jeune sœur en dernier.
"Bonne nuit, Mely." Souffla-t-il en se rallongeant.
"Ce n'est pas en te bouchant les oreilles que sa changeras quelques chose." Fit Meliana, boudeuse.
"Mely, je suis fatiguée, et si tu n'avait pas dormit sur mes genoux tu le serais aussi. Vas embêter quelqu'un d'autres."
"Tu fait le malin, mais je sais que tu me prend au sérieux!" Grommela la vois déjà ensommeillé de sa sœur.
"Ah oui?"
"Tu ne m'appelle Mely que quand tu veux que je met le doigt sur un point sensible... Tu essaye de m'attendrir, hein?"
Un nouveau silence s'installa. Un point sensible? Keil passa machinalement sa main sous son bandeau et toucha sa paupière fermé. Ne l'enlevait-il pas à la nuit tombé, jadis? Maintenant, il le garder en permanence... Sa devait bien faire un mois que la peau qu'il toucher là n'avait pas sentit l'air frai. Si hier on lui avait parler d'un point sensible, il aurait pensé à son œil, sans hésiter. Mais ce soir, il était partager moitié-moitié entre son œil et Sebastian. Enfin, ne devrais-il pas l'appeler M. Michaelis?
"Désolé, sœurette." Murmura Keil, juste avant d'entendre la respiration endormi de sa sœur. Il sourit a nouveau et se tourna vers la fenêtre pour dormir. Demain il saurais qui était Michaelis... Probablement...
Pourquoi ne pouvait-il toujours pas dormir? Plus vite il s'assoupissait, plus vite il pourrais commencé cette nouvelle journée. Ouvrir la fenêtre, peut-être? Keil se leva et regarda par la vitre. C'était noir, noir comme une nuit sans lune. C'était surement le cas, d'ailleurs, à moins que la couche nuageuse qui voilé les étoiles cache aussi la lune. Voyait-on quelque choses devant soit, ici, quand la lune était pleine? Est-ce qu'il y avait un seul lampadaire qui fonctionné, dans ce patelin? Le jeune garçon ouvrir la fenêtre en soupirant. L'air qui lui parvenait de dehors était désespérément tiède.
"M. Trancy."
Keil se pencha brusquement pour essayé de repéré la vois qu'il venait d'entendre, mais le seul bruit qui se faisait encore entendre était celui du vent. Qui appeler quelqu'un "M.Trancy" en pleine nuit, ici? D'une vois tranquille, et quelque part menaçante... Absolument sur de soit, en tout cas. Il aurait reconnue la vois de son père. Et il avait déjà entendu cette vois.
Sebastian Michaelis!
Keil se frotta les yeux en rentrant sa tête à l'intérieur. Sa devenait décidément une obsession. Pourquoi serait-il encore là, et puis surtout, pourquoi appellerais-il quelqu'un qui était vraisemblablement de sa famille "Monsieur"? Le garçon retourna se coucher, puis, après une brève réflexion, enleva son bandeau. Après tout, se n'était surement pas très bon de dormir avec ainsi quelque chose qui vous serrez le crâne.
Dans la nuit, l'air se rafraichit enfin, et Keil parvint à s'endormir. Une de ses nuits profondes ou seuls de vague rêves ondulait dans son repos serein. Des rêves récurent, où, comme un conte, un homme aurait tout perdue pour un seul but... Un rêve qui partait du moment d'une douleur si intense ou il avait préférer tuer plutôt que mourir au jour son corps et fatigué s'était enfin éteint, dans la violence de la haine... Ce rêve qu'il n'avait jamais raconter à personne. Ce rêve qu'il n'avait jamais trouvé triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Fanfics Kuroshituji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#_Tokyo High School :: Le flood - HRP - :: Jeux & discussions diverses :: # C'est tout un art-